A la une

  • Nouveauté technique

    Un disque de frein anti particules chez Bosch

    -*+L’iPhone a révolutionné le smartphone. Bosch espère en faire de même pour le disque de frein, avec l’i-Disc. Mis au point par sa filiale Buderus Guss, ce disque réduit de […]

  • Services

    Carte grise en ligne : déjà un business

    -*+A partir d’aujourd’hui, toutes les démarches pour un certificat d’immatriculation (VN, VO, perte, changement d’adresse) se feront en ligne et non plus aux guichets des préfectures. L’administration conseille de créer un […]

  • Services

    Allo Joe : des mécaniciens à domicile

    -*+Vous êtes mécanicien indépendant et vous cherchez à augmenter vos revenus ? Vous serez peut-être intéressé par la start-up Allo Joe. Elle a mis en place dans la région nantaise une […]

  • Actualités Equipements

    Bosch se lance dans la calibration de caméras pour ADAS

    -*+Afin d’aider les réparateurs à traiter les véhicules équipé d’aides à la conduite, le groupe a conçu une gamme complète d’outils performants pour un contrôle et une calibration précise et rapide […]

L’aspirateur à particules pour les disques de freins

Alors que l’on parle beaucoup de particules et de pollution de l’air liée aux vieux véhicules diesel, le pot d’échappement n’est pas la seule source d’émission. On néglige les microparticules qui se dégagent des disques de freins à chaque freinage : une cause de pollution bien plus grave* à laquelle veut remédier un entrepreneur français.

Parce qu’il ne supportait pas de devoir régulièrement des jantes devenues noires sur sa voiture de fonction, Christophe Rocca Serra a eu l’idée de se pencher sur les particules émises au freinage. En se rapprochant de l’INSA à Lyon, il apprend ainsi que ces particules représentent à peu près 20 000 tonnes par an en France. Soit, l’équivalent de la cargaison d’un pétrolier comme l’Erika. Le chiffre est de 110 000 tonnes pour l’Europe.

L’homme d’affaires essaie ensuite de comparer le pot d’échappement avec les freins. Ce que l’on sait, avec la norme Euro 5 ou Euro 6, c’est que le pot génère 5 mg de particules par km. Mais, ce que l’on ignorait jusqu’à présent, c’est que la pollution émise par les freins s’élève à 30 mg/km. Soit, 6 fois plus !

Christophe Rocca Serra demande alors aux Arts et Métiers à Paris de plancher sur un aspirateur à particules. Un système en apparence très simple : on retrouve une seule turbine, qui est entraînée par un galet qui vient frotter contre la surface du disque. C’est comme un aspirateur ou la dynamo du vélo. Mais, l’aspirateur est efficace puisqu’il permet de piéger 97 % des particules. Stockées dans l’équivalent d’un sac d’aspirateur, les particules sont récupérées à chaque opération d’entretien puis valorisées.

La société Tallano Technologie est créée pour exploiter cette innovation et la proposer à l’industrie automobile. Le concept séduit. Il est d’abord choisi pour des raisons liées à l’esthétique, surtout sur les véhicules Premium. Mais, la question de la pollution ne laisse pas insensible, car même un véhicule électrique rejette des particules au freinage.

A partir de 2016, le système va apparaître chez au moins 4 constructeurs avec une turbine intégrée en première monte. Mais, cet aspirateur va aussi se décliner à terme en après-vente.

Les particules liées au freinage sous surveillance ?

La loi sur la transition énergétique prévoit la disposition suivante, dans son article 57. « Dans un délai d’un an à compter de la promulgation de la présente loi, le Gouvernement remet au Parlement un rapport établissant un bilan chiffré des émissions de particules fines et d’oxydes d’azote dans le secteur des transports, ventilé par source d’émission. Cet état des lieux porte sur les particules primaires émises à l’échappement des véhicules, sur les particules secondaires ultrafines formées à partir des gaz précurseurs émis à l’échappement des véhicules, sur les particules primaires émises par l’abrasion due notamment aux systèmes de freinage, à l’usure des pneumatiques ou de la route, ainsi que sur les oxydes d’azote. Ce rapport fait l’objet d’un débat au Parlement ».

*Les plaquettes contiennent des substances cancérigènes : cadmium, chrome, manganèse, nickel, carbone noir, carbone organique, cuivre.

Articles les plus populaires

Shares