A la une

  • Actualités Equipements

    Carrosserie : un pistolet Supernova by Pininfarina

    -*+Si je vous dis Pininfarina, vous allez penser à des Ferrari, sans doute pas à un pistolet de peinture pour les carrossiers. Et pourtant, la marque Anest Iwata a fait […]

  • Actualités Réparation - Entretien

    Le nouveau livre vert de la carrosserie est arrivé

    -*+Gratuit et régulièrement actualisé, le Livre Vert du poste peinture de l’atelier carrosserie du SIPEV (Syndicat des Industries des Peintures, Enduits et Vernis) est devenu la référence pour généraliser les […]

  • Nouveauté technique

    Volvo lance la clé numérique

    -*+Des services sous forme d’abonnement Le XC40 est un nouveau SUV compact dans la gamme du constructeur d’origine suédoise. Il vient en dessous du XC90 et du XC60. Au-delà de […]

  • Actualités Réparation - Entretien

    Contrôle technique : ce qui va changer en 2019 et 2022

    -*+Un premier tour de vis en 2018 Vous le savez bien, en tant que professionnels de la réparation, le contrôle technique va évoluer en deux temps. Il y a d’abord […]

Laurent Fourcade : un carrossier engagé

A la tête d’une affaire familiale à Toulouse, ce professionnel est impliqué dans plusieurs instances et porte un regard passionné sur l’évolution du métier.

Ne l’appelez pas le Mélenchon de la carrosserie… Ce n’est pas le terme qu’il convient. Il n’en demeure pas moins que Laurent Fourcade, qui habite dans une région réputée pour ses luttes syndicales, est un acteur engagé. Il passe au moins une journée par semaine à Paris dans des instances comme la FFC et l’ANFA. Localement, il s’implique à la chambre des métiers. Son cheval de bataille est d’arriver à fédérer les carrossiers pour mieux défendre les droits de la profession par rapport aux exigences fixées par les assureurs. C’est un sujet sensible et il pourrait en parler pendant des heures. « Un vieux rêve« , confie-t-il. Il s’étonne aussi d’un projet qu’on prête à Generali et qui consiste à demander au client d’envoyer directement ses photos du véhicule à l’assureur en cas d’accident, sans passer par le carrossier.

De la peinture à la carrosserie

Mais, passons aux présentations. Les Ets Fourcade sont apparus en 1943 à Toulouse. Tout commence avec le grand-père, peintre automobile de formation qui fuit la guerre et s’installer en zone libre pour fonder la « carrosserie bordelaise ». Un nom qui pouvait passer pour une provocation quand on connaît la rivalité entre les deux grandes villes du sud ouest. C’est en 1946 que l’affaire s’établit au boulevard des Récollets, en plein centre de la ville rose. A l’époque, la maison Fourcade se fait un nom en décorant les camions du Tour de France. Autre spécialité peu courante : les peintres assortissent la couleur de la carrosserie des véhicules des notables locaux qui vont aux champs de courses aux toilettes de leurs épouses. En 1961, c’est le père de Laurent Fourcade qui prend la relève. Tôlier de formation, il transforme la petite entreprise en carrosserie. Il la fait entrer aussi dans un réseau*. Notre carrossier toulousain arrive pour sa part en 1991. Il développe les activités, à tel point qu’aujourd’hui les Ets Fourcade font de tout (carrosserie, mécanique, entretien, vitrage), sauf de la vente de voitures. L’affaire compte 8 salariés, dont 3 tôliers, 2 peintres et 1 mécano, plus 2 secrétaires.

Un climat tendu pour les affaires

Située en centre-ville, la carrosserie doit faire face à une concurrence assez vive (même si la maison a connu plus de rivaux dans le passé). Elle adresse surtout une clientèle de quartier, qui vient pour de la mécanique et de la pose de pare-brise. En raison des contraintes d’accès et de stationnement,  il est plus difficile d’avoir des flottes. « Le climat est tendu« , reconnaît Laurent Fourcade, qui constate que les citadins ne font pas réparer leur véhicule quand la carrosserie a un choc (« ce qui n’était pas le cas, il y a quelques années« , dit-il). Un peu désemparé par la période actuelle, avec « une faillite morale » et des « clients renfermés« , il fait face avec de nombreux services (climatisation, polissage des optiques, plaques, prêt d’un véhicule de courtoisie). « L’évolution du métier a été très rapide et la réputation ne fait pas tout« , confie notre carrossier toulousain. Mais, il ne baisse pas les bras pour autant et son panonceau « carrossier-réparateur« ** porte bien haut les couleurs de l’entreprise familiale.

* Aujourd’hui, les Ets Fourcade sont affiliés à Axial, A+ Glass et dernièrement Club Auto Conseil pour la mécanique.

** Un collector.

Son parcours

Titulaire d’un BTS de comptabilité et de gestion, Laurent Fourcade ne se prédestinait pas vraiment au métier de carrossier. Mais, lors de son premier stage de fin d’études, il comprend qu’il n’est pas fait pour la vie de bureau. Il vient alors travailler chez son père et n’en repartira plus.

 

Pourquoi il fait bien son métier

« Ma philosophie est que si le client est content, je suis content. On essaie de faire au mieux. S’il faut refaire, cela m’énerve et ça coûte de l’argent.« 

 

Ce qu’il fait en dehors du travail

Passionné de sport, Laurent Fourcade joue au football et au tennis. Il pratique aussi le jogging et le ski. « Faire du sport, ça détend« , dit-il.

Fourcade street

Au fur et à mesure de l’agrandissement des locaux, les Fourcade ont acheté des murs sur le boulevard des Récollets (du 51 au 55). A tel point qu’une partie de la famille (parents et tante) habite juste derrière la carrosserie).

1 commentaire

  1. mr teston serge:

    carrosserie teston independant pur et dur j.ai comencer suprimer tout les agrement en janvier 2012 depuis je m en porte que meilleur cher confrere faite comme moi et aujourd.hui j ai refuser la sfren sa va trop loin payer pour travailler non voici mes coordonee 04.90.94.79.50 carrosserieteston@orange.fr bon courage

Ajouter un commentaire

*
* (ne sera pas publié)

Articles les plus populaires

Shares