A la une

  • Nouveauté technique

    Un disque de frein anti particules chez Bosch

    -*+L’iPhone a révolutionné le smartphone. Bosch espère en faire de même pour le disque de frein, avec l’i-Disc. Mis au point par sa filiale Buderus Guss, ce disque réduit de […]

  • Services

    Carte grise en ligne : déjà un business

    -*+A partir d’aujourd’hui, toutes les démarches pour un certificat d’immatriculation (VN, VO, perte, changement d’adresse) se feront en ligne et non plus aux guichets des préfectures. L’administration conseille de créer un […]

  • Services

    Allo Joe : des mécaniciens à domicile

    -*+Vous êtes mécanicien indépendant et vous cherchez à augmenter vos revenus ? Vous serez peut-être intéressé par la start-up Allo Joe. Elle a mis en place dans la région nantaise une […]

  • Actualités Equipements

    Bosch se lance dans la calibration de caméras pour ADAS

    -*+Afin d’aider les réparateurs à traiter les véhicules équipé d’aides à la conduite, le groupe a conçu une gamme complète d’outils performants pour un contrôle et une calibration précise et rapide […]

Grenoble Autos : le premier professionnel à assurer l’entretien d’une voiture à hydrogène

Concessionnaire Hyundai à Echirolles, près de Grenoble, Patrick Paulin va gérer localement l’entretien du ix35 FC, une version à pile à combustible du fameux SUV coréen. Ce modèle est l’un des deux premiers véhicules à hydrogène immatriculés en France et loués par Air Liquide.

Quand avez-vous su que Hyundai allait vous confier la maintenance du ix35 à hydrogène ?

Vers la fin du printemps dernier, Hyundai France m’a demandé si j’avais un technicien agréé pour intervenir sur des véhicules électriques. Il se trouve que c’est le cas, car mon établissement distribue également la marque Honda, qui propose des modèles hybrides. A partir de là, il a fallu s’équiper du matériel adéquat avec un système de détection des fuites d’hydrogène. Avant la remise des clés à Air Liquide, qui dispose d’un site à Sassenage, près de Grenoble, le véhicule est resté pendant 48 h chez nous. Pendant cette période, nous avons eu la visite du directeur technique et responsable qualité de Hyundai France, d’un ingénieur coréen et d’un technicien allemand en charge de l’après-vente qui venait de notre siège européen. Ils sont venus contrôler le véhicule et la conformité de nos équipements.

Quel effet cela fait d’accueillir une nouvelle technologie en avant-première ?

C’est un produit totalement nouveau, presque un prototype. On défriche un peu, car il n’y a pas de législation particulière dans le domaine de l’hydrogène en France. J’ai posé la question au CNPA, qui m’a répondu que j’étais en règle par rapport à l’agrément électrique.

Comment cette première a-t-elle été perçue par vos salariés ?

Les techniciens ont été intéressés de voir de près ce véhicule, car ils voulaient savoir comment ça marche. Le personnel administratif était plus préoccupé par les questions de sécurité.

Et par les clients ?

Certains avaient remarqué le véhicule avec ses stickers. Mais, nous n’avons eu que peu de retours, même après la publication d’articles dans la presse locale. Par contre, j’ai eu des appels de la part de collègues concessionnaires à Annecy et Chambéry.

A ce stade, que savez-vous du produit et de ses contraintes en matière d’entretien ?

Nous avons peu d’informations. Toutefois, mon technicien est allé passer un stage de 4 jours au siège européen de Hyundai Motors, près de Francfort. L’ix35 FC doit être entretenu tous les 10 000 km, ou au moins une fois par an. La particularité vient de son système de refroidissement, qui sert à maintenir les organes électriques à basse température, et qu’il faut vidanger à chaque opération.

Est-il difficile de trouver de bons techniciens aujourd’hui ?

Oui, nous avons du mal à trouver des jeunes motivés et de bon niveau. Certains passent le CAP de mécanique par défaut, et n’ont pas envie d’aller plus loin. Le problème, pour les petites structures comme nous, c’est que nous ne pouvons pas occuper les bons éléments à plein temps sur des travaux de haute technicité, faute de volumes suffisants. Ils doivent donc aussi faire des opérations d’entretien courant. C’est la raison pour laquelle ils sont plus tentés d’aller travailler chez un constructeur ou dans un cabinet d’expertise.

D’après vous, qui avez l’expérience des hybrides chez Honda, comment ces nouvelles technologies sont-elles perçues ?

Les hybrides sont mal connus. La plupart des prospects qui entrent dans notre établissement demandent où on les branche. Ils font la confusion avec le véhicule électrique et ne comprennent pas qu’un deuxième moteur électrique puisse venir assister le moteur thermique. Il y a clairement un déficit de notoriété, alors que cela fait 10 ans que la gamme existe chez Honda.

Comment vont les affaires en ce moment ?

Le marché est difficile. Nous avons la chance avec Hyundai d’être en croissance avec une gamme qui se développe. Par contre, Honda connaît une période plus difficile, en raison d’une offre produit réduite.

Grenoble Autos : fiche express

Patrick Paulin est concessionnaire Honda (Alpes Motors) depuis 1991 et a repris le panneau Hyundai (Grenoble Autos) en 1995. Le site compte 16 salariés sur les deux marques

Hyundai ix35 FC : le premier véhicule à hydrogène de série

Le groupe Hyundai-Kia fait partie de ces constructeurs qui estiment, avec Honda, Nissan, Toyota, GM, Ford et Daimler, que la technologie de la pile à combustible est prête pour le marché. La production du ix35 FC (pour Fuel Cell) vient de démarrer dans l’usine d’Ulsan, en Corée du Sud, pour un volume de 1000 véhicules d’ici 2015. Ces SUV à hydrogène seront proposés à la location pour des flottes publiques et privées. On en croise déjà Copenhague ou à Londres. C’est désormais le cas à Paris et à Grenoble. Le ix35 Fuel Cell propose près de 600 km d’autonomie, accélère de 0 à 100 km/h en 12,5 s et peut atteindre 160 km/h. Le plein d’hydrogène ne prend que quelques minutes. Un plein qui se fait dans le site d’Air Liquide, étant donné l’absence pour le moment d’une infrastructure adaptée en France. Une directive européenne prévoit toutefois d’imposer aux Etats des stations tous les 300 km. Le plan prévoit ainsi un réseau de 77 points de ravitaillement pour une enveloppe de 123 millions d’euros à l’horizon 2020

Pile à combustible : comment ça marche ?

La pile à combustible, dont le premier exemplaire a été réalisé en 1839 par le britannique William Grove, recrée en fait le phénomène de l’électrolyse à l’envers. Elle permet de transformer de l’hydrogène en électricité au contact de l’oxygène, au moyen d’un catalyseur en platine, en ne générant que de la vapeur d’eau. C’est donc une autre forme de voiture électrique, qui produit l’énergie en roulant au lieu de la stocker sous forme de batterie. L’hydrogène est stocké dans une bombonne (comme pour une voiture roulant au gaz naturel). L’avantage de la formule vient du fait que l’autonomie est bien plus confortable (400 à 700 km) et que le plein ne prend pas plus de temps qu’avec un carburant classique.

Ajouter un commentaire

*
* (ne sera pas publié)

Articles les plus populaires

Shares