A la une

  • Nouveauté technique

    Une carrosserie qui s’auto-répare chez Lamborghini

    -*+Lamborghini vient de dévoiler aux Etats-Unis un nouveau concept-car, la Terzo Millennio. Cette voiture de sport du futur, à propulsion électrique, a été imaginée en partenariat avec deux labos du […]

  • Services

    Carte grise en ligne : déjà un business

    -*+A partir d’aujourd’hui, toutes les démarches pour un certificat d’immatriculation (VN, VO, perte, changement d’adresse) se feront en ligne et non plus aux guichets des préfectures. L’administration conseille de créer un […]

  • Services

    Allo Joe : des mécaniciens à domicile

    -*+Vous êtes mécanicien indépendant et vous cherchez à augmenter vos revenus ? Vous serez peut-être intéressé par la start-up Allo Joe. Elle a mis en place dans la région nantaise une […]

  • Actualités Equipements

    Bosch se lance dans la calibration de caméras pour ADAS

    -*+Afin d’aider les réparateurs à traiter les véhicules équipé d’aides à la conduite, le groupe a conçu une gamme complète d’outils performants pour un contrôle et une calibration précise et rapide […]

Only girls : un garage féminin mais pas féministe

Fondé par un homme pour des femmes, et avec (presque exclusivement) des femmes, ce garage veut donner une autre image de l’entretien automobile. Il innove aussi au niveau de l’accueil et des services à la clientèle. Le point avec Laïd Hdachi, le gérant fondateur d’Only Girls.

Un garage féminin a été créé il y a quelques années dans le sud de la France. Vous vous êtes inspiré de ce concept pour ouvrir votre établissement ?

Le tout premier garage au féminin a été créé en 2008 Mais, il n’existe plus. D’autre part, le concept n’était pas le même, car il y avait aussi une activité de vente de véhicules. Nous avons une approche différente, car nous ne proposons qu’un atelier de mécanique. Notre souhait est de rétablir la confiance entre les femmes et le monde de l’automobile, qui reste très macho. Toutes les enquêtes montrent que les femmes se font avoir en payant plus cher les réparations. Nous avons donc cherché à répondre à ce problème avec un garage où des femmes accueillent des femmes. L’idée était de bousculer le monde de l’auto.

Comment pourrait-on définir votre garage ?

C’est un endroit où l’on bichonne l’auto et sa propriétaire.  Tout commence par l’accueil, où une femme accueille les clientes. En ce qui concerne la partie atelier, on a essayé de le féminiser. Il est propre et les mécaniciennes portent une tenue noire. L’atelier adopte aussi les codes couleur de l’établissement qui sont le noir et le violet. Nous n’avons pas voulu pousser le concept jusqu’à faire un garage girly. Par contre, nous avons du parquet au sol et une belle déco. C’est beau. Les clientes sont d’ailleurs stupéfaites quand elles montent à l’étage : elles y trouvent une vraie cafétéria aménagée dans un esprit de bar lounge. On peut y boire un capuccino ou un latte macchiato et manger des sandwiches.  Nous avons aussi prévu un espace web  pour passer le temps avec des ordinateurs mis à disposition, ce qui va bien au-delà du simple Wi-Fi gratuit. Une esthéticienne propose des soins pour les ongles et des massages assis. C’est très apprécié des clientes. Et ce n’est pas tout, car nous avons aussi prévu un espace de jeu pour les enfants avec une piscine à boules et une TV qui passe des dessins animés. Il ne faut pas oublier qu’il y a beaucoup de femmes indépendantes et seules ou divorcées.

Et vous n’avez pas eu de mal à recruter ?

Nous sommes passés tout simplement par Pôle Emploi pour déposer des annonces. Il est vrai que sur les 8 employés, nous avons deux hommes. Il est difficile de trouver des femmes qualifiées pour la mécanique. Sur les deux que nous avons, l’une est confirmée, l’autre est débutante.  Mais, ce sont elles qui sont en contact avec les clientes. Pour des questions de confiance, il est plus facile pour des femmes de parler à des femmes. Cela dit, on ne cache pas non plus les mécaniciens. Ils sont visibles depuis l’étage, car nous avons une vitre qui permet de voir ce qui se passe dans l’atelier.

Comment le concept a-t-il été accueilli ?

La réaction a très bonne. Nous avons eu tout de suite des messages de soutien et des visites au niveau local, de la part de garages et de quelques enseignes. Mais surtout, nous avons eu une couverture presse nationale et internationale. On a parlé de notre garage dans les grands médias en France, dont la télévision, mais aussi aux Etats-Unis sur Fox News ou encore en Italie sur la Rai Uno. Le fait est qu’en 5 mois nous avons accueilli 800 clients, ce qui est l’équivalent d’un an et demi d’activité, alors que nous n’avions pas de fichier au démarrage. D’autre part, les enquêtes montrent que les clientes sont à 95 % satisfaites.

Qu’est-ce qui explique ce succès selon vous ?

Les clientes comprennent, car nous n’employons pas de termes techniques. Nous les invitons à regarder sous le véhicule et nous leur expliquons le rôle de la pièce qu’il faut remplacer, en indiquant s’il y a un impact ou non en matière de sécurité. Par ailleurs, on ne change que le strict nécessaire. A ce sujet, voici une anecdote. Une grande enseigne avait proposé à une de nos clientes un devis à 970 euros pour remplacer la ligne d’échappement de sa voiture. Nous avons diagnostiqué que seul le silencieux était à changer. Montant de la facture : 120 euros. Tout est dit.

Que dit la concurrence ?

Elle vient s’inspirer de ce que nous faisons en matière d’accueil. Notre concept plaît, car Renault a offert la pose de vernis pour ses clientes dans notre établissement, dans le cadre d’une opération portes ouvertes.

Avez-vous déjà en tête de nouveaux services ?

Oui, nous voulons développer la formation. Nous prévoyons de proposer le samedi des sessions sur inscription, afin d’expliquer à nos clientes ce qu’est une vidange ou comment vérifier la pression des pneus. Par ailleurs, nous ferons évoluer l’offre. Pour l’instant, nous ne faisons pas de carrosserie, mais cela viendra, car les locaux sont très grands. Nous avons 1000 m2, dont 250 pour les bureaux et 500 pour l’atelier.

Son parcours

Laïd Hdachi a travaillé dans un magasin de pièces détachées. Il a aussi travaillé en tant qu’indépendant et a été directeur des ressources humaines d’une société de 350 salariés. Mais, il en avait assez du côté administratif. Et comme il est passionné d’automobile, il a donc décidé d’ouvrir un garage. Mais, on ne peut dissocier son parcours de son associée, Amelle, titulaire d’un Master 2 et qui est chargée de communication à temps plein. C’est elle qui a conçu la déco et défini les services.

Site Internet : http://www.onlygirls-auto.fr/

Ajouter un commentaire

*
* (ne sera pas publié)

Articles les plus populaires

Shares