A la une

  • Nouveauté technique

    Un disque de frein anti particules chez Bosch

    -*+L’iPhone a révolutionné le smartphone. Bosch espère en faire de même pour le disque de frein, avec l’i-Disc. Mis au point par sa filiale Buderus Guss, ce disque réduit de […]

  • Services

    Carte grise en ligne : déjà un business

    -*+A partir d’aujourd’hui, toutes les démarches pour un certificat d’immatriculation (VN, VO, perte, changement d’adresse) se feront en ligne et non plus aux guichets des préfectures. L’administration conseille de créer un […]

  • Services

    Allo Joe : des mécaniciens à domicile

    -*+Vous êtes mécanicien indépendant et vous cherchez à augmenter vos revenus ? Vous serez peut-être intéressé par la start-up Allo Joe. Elle a mis en place dans la région nantaise une […]

  • Actualités Equipements

    Bosch se lance dans la calibration de caméras pour ADAS

    -*+Afin d’aider les réparateurs à traiter les véhicules équipé d’aides à la conduite, le groupe a conçu une gamme complète d’outils performants pour un contrôle et une calibration précise et rapide […]

Elisabeth Young : les ateliers doivent s’ouvrir davantage aux femmes

Présidente de l’association Wave (WoMen And Vehicles in Europe), cette spécialiste* du secteur automobile fait le point sur la place des femmes. Il y a des progrès, mais on peut mieux faire, en particulier dans l’après-vente.

Le respect de la parité est une tendance de fond. Peut-on en dire autant dans l’automobile, un secteur que vous connaissez bien ?

Il y a des entreprises qui ont fait des efforts. C’est le cas par exemple de Renault, qui a beaucoup féminisé son personnel. Chez Dacia, une force de vente à 50% féminine est en cours de constitution. Au passage, on dénombre 2 femmes dans le comité exécutif du groupe Renault. Au sein de PSA, malgré la présence d’une femme de la famille Peugeot, le conseil de surveillance reste encore très masculin. De façon générale, la crise a remis en cause l’accès aux femmes dans les postes à responsabilité. Mais, il y a aussi des exceptions. Chez General Motors, par exemple, le PDG est Mary Barra.

Quel regard portez-vous sur l’après-vente ?

C’est encore pire. On ne trouve que peu de femmes en atelier, alors que cela ne présenterait que des avantages. Pour les nombreuses clientes, qui amènent leur véhicule et qui gèrent en général le budget du ménage, c’est plus rassurant d’avoir une personne du même sexe. Une femme en atelier peut donner plus d’explications, sans entrer dans les détails techniques. Elle peut aussi délivrer des conseils. Mais, ce type de profil est difficile à trouver. De plus, l’accueil n’est pas facilité par les équipes, qui peuvent même leur créer des difficultés. Je ne connais par exemple que deux femmes chefs d’atelier en région parisienne.

Il y a eu, à une époque, un garage entièrement féminin…

Oui, c’était à Montpellier. Aujourd’hui, il n’existe plus. Sans tomber dans l’excès inverse, il faut un équilibre.

Dans les petits garages, la femme est souvent employée par son conjoint…

C’est vrai. Mais, son travail est dans ce cas moins valorisé, en termes de droits au chômage et à la retraite.

Comment peut-on faire pour remédier à la situation ?

Il faut faire un travail à tous les niveaux. C’est intéressant de rapprocher les femmes des hommes dans le secteur automobile, car elles obtiennent des résultats équivalents, même si elles n’ont pas la même façon de gérer leur carrière et de mener les équipes. Il faut mieux les accueillir et les aider à progresser en compétences, car l’automobile offre une grande variété d’activités et permet de s’épanouir. Dans les garages, c’est difficile car il faut que la volonté vienne de la direction. En revanche, je suis plus confiante avec les enseignes de distribution. Nous avons par exemple au sein de l’association Wave le soutien du groupe Mobivia, dont Bénédicte Barbry est Directrice des Relations Extérieures et des Affaires Publiques. On trouve ainsi des femmes responsables de centres-auto.

Vous essayez à présent de promouvoir la mixité. Est-ce un recentrage de la part de votre association ?

Non. Dès le début, nous le faisions avec les Elles de l’Auto. Mais, ce nom faisait un peu peur à la gent masculine. C’est pourquoi on a changé de nom il y a quelques mois pour devenir le réseau Wave. A travers cet acronyme, nous essayons de promouvoir autant les femmes (women) que les hommes (men). On peut donc parler d’association mixte. Elle compte 600 membres, dont 40 % d’hommes qui veulent encourager la mixité dans les entreprises automobiles.

On commence à voir des femmes dans le sport automobile, comme en F1 par exemple. C’est un symbole fort ?

Oui, et je pense notamment au Rallye Aïcha des Gazelles. Ce type de compétition est une belle vitrine, car elle réunit l’écologie et des valeurs d’entraide. Nous avons aussi en la personne de Margot Laffite, pilote automobile et présentatrice TV, une ambassadrice de la cause des femmes.

* Elle est passée par Rover, Asie Auto, London Taxis France et dernièrement Renault.

Ajouter un commentaire

*
* (ne sera pas publié)

Articles les plus populaires

Shares