A la une

  • Nouveauté technique

    Une carrosserie qui s’auto-répare chez Lamborghini

    -*+Lamborghini vient de dévoiler aux Etats-Unis un nouveau concept-car, la Terzo Millennio. Cette voiture de sport du futur, à propulsion électrique, a été imaginée en partenariat avec deux labos du […]

  • Services

    Carte grise en ligne : déjà un business

    -*+A partir d’aujourd’hui, toutes les démarches pour un certificat d’immatriculation (VN, VO, perte, changement d’adresse) se feront en ligne et non plus aux guichets des préfectures. L’administration conseille de créer un […]

  • Services

    Allo Joe : des mécaniciens à domicile

    -*+Vous êtes mécanicien indépendant et vous cherchez à augmenter vos revenus ? Vous serez peut-être intéressé par la start-up Allo Joe. Elle a mis en place dans la région nantaise une […]

  • Actualités Equipements

    Bosch se lance dans la calibration de caméras pour ADAS

    -*+Afin d’aider les réparateurs à traiter les véhicules équipé d’aides à la conduite, le groupe a conçu une gamme complète d’outils performants pour un contrôle et une calibration précise et rapide […]

Electric’Auto : le grand spécialiste régional qui ne connaît pas la crise

Implantée sur l’axe Rennes-Nantes, cette entreprise familiale a su se faire une place sur le marché breton en raison de son expertise dans l’électricité auto, à tel point qu’on lui sous-traite bon nombre d’activités.

Bienvenue à Bain-de-Bretagne (35), une petite bourgade à une trentaine de km de Rennes, sur la route de Nantes. Electric’Auto se trouve sur une Zone d’Activités florissante, où l’on compte bon nombre de grands noms de l’automobile (Citroën, Peugeot, Midas, Norauto, Dekra…). Il y a aussi une carrosserie juste en face de la SARL Poirier. « Nous avons été dans les premiers à nous implanter ici« , indique Mikaël Poirier. L’entreprise est arrivée ici en 1985, quand le fondateur – son père, René, aujourd’hui à la retraite – a acheté les murs. L’affaire était née un peu plus tôt, en 1981. Pour sa part, le fils est aux commandes depuis près de 5 ans, même si cela fait déjà une bonne vingtaine d’années qu’il est dans la société. Pour l’anecdote, ce passionné de technique qui doit aujourd’hui tout faire (gérer les clients, répondre au téléphone, courir dans l’atelier) porte une blouse avec le nom de son père. Un joli clin d’œil.

Avec 1 000 m² couverts et une surface généreuse en parkings, Electric’Auto est une affaire de taille moyenne avec 6 employés. Et elle ne connaît pas vraiment la crise, son chiffre d’affaires ayant augmenté l’an dernier – ce qui a permis d’embaucher une personne de plus. « A la base, l’entreprise a débuté dans les démarreurs, les alternateurs, les batteries et l’éclairage, explique M. Poirier. Ensuite, nous nous sommes spécialisés dans l’électricité auto, ce qui nous permet de faire tout ce que les autres garages ne veulent pas ou ne peuvent pas faire. Du coup, on nous sous-traite tout ce qui concerne l’électricité« , poursuit-il.

L’établissement ne fait pas de mécanique auto. En revanche, il fait du diagnostic électronique toutes marques pour les VL et de la climatisation. Il répare également l’électronique de tous les véhicules, du chariot-élévateur à l’autocar, en passant par le poids-lourd et même le tracteur, avec au passage de la vérification de chronotachygraphes et la fabrication de flexibles hydrauliques. Ce qui fait de Mikaël Poirier « le grand manitou de l’électricité et de l’électronique ». Il a même un employé qui se déplace en permanence sur les chantiers pour ses clients dans les travaux publics.

La réputation est bien établie, grâce au bouche à oreille. Autre atout : « chacun a sa spécialité, mais peut faire un peu de tout« , confie Mikaël Poirier. Quant à lui, on sent bien qu’il aime passer du temps à l’atelier, même si sa fonction de chef d’entreprise fait qu’il a moins de temps pour plonger ses mains sous les capots.

Un intérêt pour le véhicule électrique

Passionné de technologies et d’innovation, Mikaël Poirier porte un regard curieux sur la voiture électrique. « Pour le moment, on n’en voit pas beaucoup, dit-il. Il faut aller plus en ville« , dit-il. Il estime néanmoins que le réseau des ESA a l’expertise de l’électricité, ce qui n’est pas forcément le cas des garages classiques. Mikaël Poirier envisage dans un futur proche d’acquérir un véhicule électrique, qui pourrait servir de véhicule de courtoisie et pour un usage interne. Sans doute un utilitaire, car la clientèle locale est plutôt constituée de professionnels.

 

Son parcours

Mikaël Poirier a fait un parcours assez inhabituel. Il a d’abord passé un bac dans la filière générale (F3, électro-technique), avant de s’inscrire en candidat libre et de passer un BEP d’électronicien et un CAP de mécanique, avant de faire un bac pro en mécanique. C’est donc un surdiplômé : une formule qui l’amuse.

 

Ce qu’il fait en dehors de son métier :

Amateur de compétition auto et moto, Mikaël Poirier a fait de l’assistance pendant dix ans sur une voiture de course. Il n’a malheureusement plus le temps aujourd’hui. Il fait aussi de la course à pied.

1 commentaire

  1. Bonnenfantmarc:

    J’ai une caravane lamancelle490 de2015 et une c5 neuve de 160cv caravane avec frigo et congélateur celui ci ne marche pas sur le 12v en roulant. Vu concessionnaire et Citroën diagnostic réseau fil trop faible sur la voiture pas assez de puissance à la prise 12v une alim direct de la batterie avec fil suffisant et fusible est il possible
    C est vraiment de voyager sans frigo avec du matériel neuf
    Merci de me répondre car personne n’est capable de résoudre le probleme

Ajouter un commentaire

*
* (ne sera pas publié)

Articles les plus populaires

Shares