A la une

  • Nouveauté technique

    Un disque de frein anti particules chez Bosch

    -*+L’iPhone a révolutionné le smartphone. Bosch espère en faire de même pour le disque de frein, avec l’i-Disc. Mis au point par sa filiale Buderus Guss, ce disque réduit de […]

  • Services

    Carte grise en ligne : déjà un business

    -*+A partir d’aujourd’hui, toutes les démarches pour un certificat d’immatriculation (VN, VO, perte, changement d’adresse) se feront en ligne et non plus aux guichets des préfectures. L’administration conseille de créer un […]

  • Services

    Allo Joe : des mécaniciens à domicile

    -*+Vous êtes mécanicien indépendant et vous cherchez à augmenter vos revenus ? Vous serez peut-être intéressé par la start-up Allo Joe. Elle a mis en place dans la région nantaise une […]

  • Actualités Equipements

    Bosch se lance dans la calibration de caméras pour ADAS

    -*+Afin d’aider les réparateurs à traiter les véhicules équipé d’aides à la conduite, le groupe a conçu une gamme complète d’outils performants pour un contrôle et une calibration précise et rapide […]

Systèmes à base d’OBD : un allié ou un concurrent pour les garages ?

Alors que les constructeurs accélèrent sur la voiture connectée, avec toujours plus de technologies pour intégrer le smartphone et offrir une connexion 4 G à bord, un certain nombre d’acteurs essaient d’équiper les véhicules déjà en circulation. Et ils veulent le faire avec un produit a priori simple à installer : un boîtier qui se branche sur la prise OBD du véhicule et qui peut ensuite communiquer en mode Bluetooth avec le smartphone du conducteur pour remonter des codes défaut en provenance du réseau CAN. Déjà largement répandus aux Etats-Unis, ces produits commencent à arriver en France.

Xee-hero

Avantage pour le garagiste : le client est informé rapidement d’un problème technique et voit s’afficher le code-défaut en rapport. Cet indice peut être utile au moment de la réparation.

pack-xee

Eliocity a été le premier à se lancer dans l’aventure avec le boîtier Xee, que l’on trouve notamment chez Norauto et Boulanger. L’enseigne teste d’ailleurs au passage la révision connectée. Proposé à 139 €, le produit nécessite parfois une installation, ce qui peut amener un peu de business supplémentaire en atelier. C’est par ailleurs le seul à revendiquer sa compatibilité avec le réseau FlexRay, en plus du CAN. Toutefois, les volumes restent très faibles.

Xee-Store

Cela n’empêche pas Eliocity de développer son offre. Complètement revu, le boîtier donne accès à une dizaine d’applications liées à la conduite. Depuis le smartphone, on peut ainsi consulter l’état de la voiture à distance (Xee, Norauto), l’historique des trajets sur une carte avec les stats (My Xee), gérer son budget (Xee budget, Domonux, Bill it) et l’entretien (Drivepad), piloter les équipements connectés de la maison depuis la voiture (Jeedom), ou encore faire de la gestion de flottes en entreprise (TomTom). Il existe aussi deux applis qui se destinent d’une part aux jeunes (J’AACélère pour les conducteurs en apprentissage) et d’autre part aux seniors (Ellis Car). L’objectif est de bâtir tout un écosystème autour du boîtier.

Bosch Drivelog

Pour le moment, c’est le seul produit vraiment industrialisé. Ni Bosch (qui a lancé un produit comparable en Allemagne, en lien avec l’application Drivelog), ni Continental Automotive ne proposent leur solutions maison. Ces deux équipementiers sont pourtant idéalement placés, car ils connaissent parfaitement le réseau CAN et fournissent déjà les constructeurs en première monte. Leur expertise de l’environnement moteur sera en temps voulu un atout décisif.

packshot_diagnostic_FR

En attendant, ce sont des start-ups qui occupent le terrain. La société Drust, qui a été lancée par des anciens de PSA, a noué un accord avec Flauraud Electronique pour placer sa solution Akolyt. C’est la première offre adaptée à la rechange indépendante.

OOCAR-Reparateurs

Il faut compter aussi avec d’autres concurrents, dont Oocar qui a la particularité de se décliner déjà en application (sur l’Apple Store, et prochainement sur Google Play) et de vendre sur Internet son boîtier. Le produit est bien plus abordable (39,90 €) et ne nécessite aucune installation (à condition que le port OBD du véhicule soit facilement accessible*). La particularité vient du fait que le boîtier s’appaire en Bluetooth avec le mobile sans que le client n’ait rien à faire. Et il fonctionne en tâche de fond. Oocar souhaite mettre l’accent sur le service, et en particulier avec des réparateurs.

D’autres start-ups, comme Awaken et CanCan pour ne citer qu’elles, essaient aussi de trouver des fonds pour lancer un produit similaire. La combinaison entre un adaptateur plug and play et le téléphone mobile constitue une association intéressante.

ConnectedCar_Main_2

Mais déjà, d’autres acteurs préparent leurs armes. Lors du récent Mobile World Congress, Samsung a annoncé l’arrivée d’un boîtier connecté. Il se branche sur le port OBD du véhicule et permet à la fois de remonter des données sur le véhicule, mais aussi de procurer une connectivité Wi-Fi en 4 G pour tous les occupants. Le service Samsung Connect Auto permet de façon classique de bénéficier de conseils d’écoconduite et de renvoyer vers un réseau de réparateurs en cas de problème. Mais, il annonce surtout l’arrivée à bord des véhicules de l’OS Tizen, qui pourrait motiver une communauté de développeurs en alternative à CarPlay d’ Apple et Android Auto. Le boîtier de Samsung sera d’abord lancé aux USA, avec le concours d’Orange Business Services qui gère les liaisons M2M. L’idée est de lancer tout un écosystème avec le concours de partenaires dans la cartographie (HERE), les services (IBM) et l’assurance (Axa). On le verra probablement en France d’ici quelque temps.

Samsung OBD

Bilan : sans pour autant pouvoir réparer les pannes, les automobilistes auront une première indication sur le problème technique qui affecte leur véhicule. En fonction des accords, le produit basé sur l’OBD pourra les orienter vers le garage le plus proche, ou celui référencé par l’opérateur qui vend le service. Ce type de produit peut adresser une large gamme de véhicules. Il exploite un filon que les constructeurs n’ont pas eu l’idée jusqu’à présent d’exploiter (même s’ils réfléchissent à la question). On peut supposer qu’ils soient tentés à terme de rendre l’accès à la prise OBD de plus en plus difficile pour ne pas laisser de nouveaux venus s’emparer du marché de la voiture connectée.

*Ce n’est pas forcément le cas, même si l’application indique où se trouve théoriquement l’accès. Un cache peut aussi compliquer la tâche.

Articles les plus populaires

Shares