A la une

  • Nouveauté technique

    Un disque de frein anti particules chez Bosch

    -*+L’iPhone a révolutionné le smartphone. Bosch espère en faire de même pour le disque de frein, avec l’i-Disc. Mis au point par sa filiale Buderus Guss, ce disque réduit de […]

  • Services

    Carte grise en ligne : déjà un business

    -*+A partir d’aujourd’hui, toutes les démarches pour un certificat d’immatriculation (VN, VO, perte, changement d’adresse) se feront en ligne et non plus aux guichets des préfectures. L’administration conseille de créer un […]

  • Services

    Allo Joe : des mécaniciens à domicile

    -*+Vous êtes mécanicien indépendant et vous cherchez à augmenter vos revenus ? Vous serez peut-être intéressé par la start-up Allo Joe. Elle a mis en place dans la région nantaise une […]

  • Actualités Equipements

    Bosch se lance dans la calibration de caméras pour ADAS

    -*+Afin d’aider les réparateurs à traiter les véhicules équipé d’aides à la conduite, le groupe a conçu une gamme complète d’outils performants pour un contrôle et une calibration précise et rapide […]

Quel bilan pour l’éco entretien ?

A défaut d’ avoir pu instituer un éco diagnostic annuel, la profession automobile a obtenu un renforcement des émissions polluantes dans le cadre du contrôle technique. Une disposition désormais inscrite dans le marbre, puisque le projet de loi sur la transition énergétique de Ségolène Royal a été définitivement adopté le 22 juillet.

DSCN6749

Elle est contenue dans l’article 65 qui est libellé de la façon suivante :

« Le contrôle des émissions de polluants atmosphériques et des particules fines émanant de l’échappement des véhicules particuliers ou utilitaires légers est renforcé lors du contrôle technique. Le contrôle des émissions de particules fines issues de l’abrasion est renforcé dès lors que les moyens techniques seront disponibles. Ce contrôle porte sur les niveaux d’émissions de monoxyde de carbone, d’hydrocarbures imbrûlés, d’oxydes d’azote, de dioxyde de carbone et d’oxygène ainsi que de particules fines et permet de vérifier que le moteur est à l’optimum de ses capacités thermodynamiques ». La loi prévoit aussi « le renforcement du contrôle des émissions de particules fines issues de l’abrasion dès lors que les moyens techniques seront disponibles ».

« Les modalités d’application du présent article sont précisées par décret avant le 1er janvier 2017″.

genelec-eco-entretien

La FEDA salue ce texte, qui « renforce le contrôle pollution des véhicules diesel et essence, répond pleinement à l’ambition environnementale d’amélioration de la qualité de l’air, sans créer de contraintes excessives pour les consommateurs. Cette mesure sera d’autant plus facilement acceptée par le grand public, conclut le Président de la fédération, Alain Landec. La FEDA a d’ailleurs lancé un Club éco-entretien pour déployer ce type de prestation sur le client.

automobilite 30-06-2015-086

Le hasard du calendrier fait qu’un colloque était organisé le 30 juin dernier à l’Assemblée, quelques semaines avant le vote définitif. Cet événement, organisé par le club de réflexion Automobilité et Avenir a permis d’évoquer l’apport de l’éco entretien. On a pu entendre notamment quelques acteurs clé.

 David Deregnaucourt – Président Spheretech Europe :

« En attendant Euro 6, avec les rendements qui sont attendus, l’éco diagnostic permet à la fois de faire un entretien prédictif et d’améliorer la situation environnementale sans faire de grandes dépenses »

Bénédicte Barbry, Directrice des Relations Extérieures et Affaires Publiques de Mobivia Groupe :

En un an ce sont 250 000 éco diagnostics qui ont été réalisés de manière volontaire dans le réseau Norauto. Ce qui est intéressant de voir, c’est qu’il y a une grande disparité au niveau du kilométrage. On a parfois des véhicules assez récents. Mais, compte tenu de l’usage, avec parfois des trajets très courts, on a des diesels qui s’encrassent très vite. Du coup, on se retrouve à devoir intervenir sur des véhicules très jeunes. Sur l’ensemble des véhicules que nous avons analysés, 40 % nécessitaient une intervention. Pas forcément très lourde d’ailleurs. L’opération se limitait la plupart du temps à un nettoyage des injecteurs ou de l’échappement. C’était de la prévention, afin d’éviter le remplacement de pièces qui peuvent coûter jusqu’à 1500 €. C’est très apprécié par les automobilistes, qui reviennent d’ailleurs pour faire analyser leur véhicule de manière très volontaire, parce qu’ils avaient constaté une nette évolution en matière de consommation de carburant, d’environ 10 %.

Franck Dupuis, directeur commercial équipements d’atelier, Bosch France :

« C’est vraiment un concept qui tend à se généraliser. Il y a vraiment une prise de conscience de la part de la profession. Le réparateur est un acteur majeur au niveau de l’écologie ».

David Vayssié, Président du GIEG (Groupe des Industries d’Equipements de Garage) :

« On est sur des standards qui datent un petit peu, puisqu’ils remontent à l’introduction du contrôle technique en 1992. Face à cette situation, il a été décidé avec le ministère de renforcer et de sévériser le contrôle, notamment sur les véhicules diesel, tout en utilisant les matériels existants. Cela veut dire qu’on va multiplier par 5 la sévérité pour le diesel au contrôle technique. Il faut faire évoluer la norme française, ce qui prend un peu de temps. Mais, on peut espérer que dans les deux ans qui viennent, on aura des niveaux de mesure des véhicules diesel qui soient plus en conformité avec le parc existant. Aujourd’hui, on ne refuse quasiment aucun véhicule diesel pour la partie pollution. Avec les valeurs qui vont être mises en place pour le contrôle technique pour les moteurs diesel, on devrait pouvoir détecter les fraudeurs. Un véhicule défapé sera au-dessus des limites admissibles ».

Antonio Balboa- Vice-Président vente diesel France, Bosch France :

« La législation est en train de renforcer ce qu’on appelle les normes OBD (On Board Diagnostic, le diagnostic sur véhicule). Elles sont en train de devenir de plus en plus contraignantes. Les équipementiers que nous sommes et les constructeurs travaillons en commun pour une reconnaissance en roulant des pièces qui vieillissent de manière non attendue de manière à justement prévenir sur le tableau de bord que le véhicule est en train de devenir polluant ».

A noter que l’éco entretien fera l’objet d’une conférence pendant Equip Auto, le 14 octobre.

 

Articles les plus populaires

Shares