A la une

  • Nouveauté technique

    Une carrosserie qui s’auto-répare chez Lamborghini

    -*+Lamborghini vient de dévoiler aux Etats-Unis un nouveau concept-car, la Terzo Millennio. Cette voiture de sport du futur, à propulsion électrique, a été imaginée en partenariat avec deux labos du […]

  • Services

    Carte grise en ligne : déjà un business

    -*+A partir d’aujourd’hui, toutes les démarches pour un certificat d’immatriculation (VN, VO, perte, changement d’adresse) se feront en ligne et non plus aux guichets des préfectures. L’administration conseille de créer un […]

  • Services

    Allo Joe : des mécaniciens à domicile

    -*+Vous êtes mécanicien indépendant et vous cherchez à augmenter vos revenus ? Vous serez peut-être intéressé par la start-up Allo Joe. Elle a mis en place dans la région nantaise une […]

  • Actualités Equipements

    Bosch se lance dans la calibration de caméras pour ADAS

    -*+Afin d’aider les réparateurs à traiter les véhicules équipé d’aides à la conduite, le groupe a conçu une gamme complète d’outils performants pour un contrôle et une calibration précise et rapide […]

Diesel : des polluants sous surveillance avec l’éco-entretien et le contrôle technique

Dans un contexte difficile pour le Diesel, qui est menacé d’interdiction à Paris et dont l’image a été sévèrement plombée par le scandale Volkswagen, le gouvernement a donc décidé de renforcer les mesures d’émissions polluantes dans le cadre du contrôle technique. Un décret prévoit pour le 1er janvier 2019 la mise en place de mesures plus adaptées. C’est l’application d’une disposition qui était prévue dans le cadre de la loi sur la transition énergétique.

Les centres vont devoir s’équiper d’un système qui analyse 5 gaz à partir du pot d’échappement. On va mesurer en plus les oxydes d’azote, en plus du monoxyde de carbone, du dioxyde de carbone, des hydrocarbures imbrûlés et de l’oxygène. Concrètement, pour les véhicules essence, on va juste ajouter les NOx, puisque les autres gaz sont déjà contrôlés. En revanche, le contrôle sera plus complet pour le diesel, qui n’était soumis qu’au contrôle des particules, et de manière grossière. La mesure des oxydes d’azote permettra de mieux lutter contre la pollution.

‘ »Il s’agit de passer progressivement de l’information -votre véhicule dépasse les normes admises – à l’obligation- vous devez procéder aux réparations et contre-visites nécessaires », explique Laurent Michel, directeur général de l’énergie et du climat au ministère de l’écologie.Reste encore à définir le seuil de pollution que les voitures ne pourront pas dépasser et qui nécessiteront des réparations. Dans les Echos, Geoffrey Michala, directeur technique de Dekra, estime que «ce sera assez compliqué de fixer la tolérance. On ne pourra pas reproduire le cycle d’homologation et le réglage des systèmes antipollution diffère vraiment d’un modèle à l’autre».

Dès le 1er septembre, l’UTAC, l’organisme de tests et d’homologation testera plusieurs dispositifs techniques sur un panel de 10.000 à 20.000 voitures.

Entre le 1er septembre 2016 et le 1er mars 2017, les centres qui le désirent pourront tester ce nouveau contrôle technique en réalisant des mesures des polluants sur les véhicules, qui seront transmises à l’Organisme Technique Central, l’OTC) qui sera en charge de les analyser et de les comparer avec les résultats obtenus via le système de diagnostic embarqué. Cette campagne permettra de définir les méthodes de contrôle et les valeurs limites qui seront fixées par décret d’ici le 1er juillet 2017. Les professionnels du contrôle technique auront ensuite un an et demi pour s’adapter avant l’entrée en vigueur de ce nouveau point de contrôle le 1er janvier 2019.

La FNAA salue l’évolution environnementale mais s’interroge sur l’amortissement des investissements exigés.

Le renforcement du contrôle technique est une conséquence du concept d’éco-entretien, lancé par la FEDA et qui est donc inscrit dans le marbre de la législation française. L’idée a déjà été reprise par un certain nombre d’acteurs. Ainsi, Norauto propose son service « Ecoperformance », qui se décline chez Speedy sous le nom « Eco-Clean ». A leur tour, les Diésélistes de France vont proposer une « Éco-Révision ».

La multiplication de ces offres devrait permettre de se faire une meilleure idée de la dégradation des performances du Diesel dans le temps, en attendant l’évolution du contrôle technique.

Articles les plus populaires

Shares